Le Forum des Démocrates

Forum de la section Modem de Levallois-Perret
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La Flandre accélère l'évaporation de la Belgique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olivier

avatar

Nombre de messages : 442
Date d'inscription : 27/09/2007

MessageSujet: La Flandre accélère l'évaporation de la Belgique   Jeu 8 Nov - 2:01

La Flandre accélère l'évaporation de la Belgique

Par Jean Quatremer

Les Flamands ont franchi le Rubicon. Tous les partis Flamands, de l’extrême droite du Vlaams Belang aux socialistes de SPA-spirit, à l’exception notable des Verts (Groen!), ont en effet voté en bloc, aujourd’hui, pour la scission de l’arrondissement électoral et judiciaire de Bruxelles-Hal-Vilvorde (BHV) qui permet à environ 120 000 à 150 000 francophones vivant en Flandre, mais en périphérie de la capitale de la Belgique (francophone à 85 ou 90 %), de voter pour des partis francophones et d’être jugé dans leur langue. Pour eux, lorsqu’on vit en Flandre, il faut vivre en flamand, point. Les Flamands veulent ainsi assurer l’unité linguistique et politique de leur région.

Pour les francophones, une scission unilatérale de BHV est une « déclaration de guerre », comme ils l’ont dit à plusieurs reprises. Car il n’est pas question, pour eux, de laisser tomber les locuteurs de la langue de Voltaire sans contrepartie : ils exigent l’élargissement de la région bilingue – la seule du pays — de Bruxelles-capitale aux communes comptant une majorité de francophones, ce qui assurerait au passage une continuité géographique entre la Wallonie et Bruxelles. Une revendication inacceptable pour la Flandre puisqu’elle devrait abandonner une partie de « son » territoire dans l’opération.

Certes, il ne s’agit que du vote d’une commission de la Chambre des députés et des recours existent, mais c’est la première fois que les 60 % de Flamands décident, nonobstant ce qui les oppose sur le plan politique, d’imposer leur volonté à la minorité francophone de Belgique. Le vote acquis, tous les députés flamands ont d’ailleurs applaudi de conserve. Les députés francophones ont quitté la salle de réunion sous les quolibets hilares des députés flamands : « bye, bye, adieu ». L’image des fascistes du Vlaams Belang se réjouissant en compagnie des partis démocrates de l’humiliation faite aux francophones est terrible pour la Flandre, désormais ouvertement État en devenir : le nationalisme flamand s’affiche sans complexes, communauté contre communauté.

Au 150e jour depuis les élections du 10 juin, les négociations en vue de former une majorité de gouvernement entre les Flamands démocrates-chrétiens et nationalistes du cartel CD&V/NV-A et libéraux de l’Open-VLD et les francophones libéraux du MR et les centristes du CDH ont immédiatement été suspendues. « Je ne peux pas vivre dans un pays avec le vote d’une communauté contre une autre », a déclaré Didier Reynders, le patron du MR, grand vainqueur des élections chez les francophones. « La gifle que les francophones ont prise aujourd'hui est sans précédent. À une logique d'imposition et de confrontation, nous répondons par l'arrêt des négociations », a surenchéri Joëlle Milquet, la présidente du CDH. La députée écologiste flamande, Tinne van der Straeten, qui n’a pas voté la scission et a sauvé l'honneur de la Flandre, estime elle aussi que l’heure est grave : « un vote communauté contre communauté va plonger le pays dans une crise institutionnelle très grave ». Comme si le Royaume n’était pas déjà en crise profonde.

Yl Un gouvernement « orange-bleue » (couleurs des quatre familles politiques) sous la direction du Flamand Yves Leterme (photo) n’est pas pour autant devenu impossible. Paradoxalement, grâce aux procédures de recours, la question de BHV, le problème communautaire le plus épineux, est désormais gelée pour plusieurs mois, ce qui dégage la route à un accord de gouvernement. Mais désormais, la méfiance est totale. Un gouvernement fondé sur de tels bases n'aurait que des chances limitées de survie. Car la scission de BHV reviendra fatalement s'imposer entre Flamands et Francophones. Le vote du 7 novembre ne signe donc pas la fin prochaine de la Belgique : ce n’est qu’une – grosse — pierre de plus sur le mur qui sépare les deux communautés. Un mur en attente de frontière.

P.-S. Je n’ai pas commenté plus tôt, car j'ai assisté toute la journée à un colloque passionnant sur la politique de concurrence.
P.-S.2 : je signale l’initiative sympathique et drôle du site français du gratuit "Vingt minutes" : "Soixante raisons d'aimer la Belgique" , liste à compléter me signale son webmaster.

http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2007/11/la-flandre-accl.html

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La Flandre accélère l'évaporation de la Belgique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le renouvellement des Abeille Flandre et Languedoc programmé en 2017
» Le Havre - Rue Flandres-Dunkerque
» apprendre le polonais
» Navire : Comte de Flandres - 1870
» Malle : La Flandre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum des Démocrates :: Politique Internationale :: Europe-
Sauter vers: