Le Forum des Démocrates

Forum de la section Modem de Levallois-Perret
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le syndicat du livre : 4500 euros bruts pour les ouvriers...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olivier

avatar

Nombre de messages : 442
Date d'inscription : 27/09/2007

MessageSujet: Le syndicat du livre : 4500 euros bruts pour les ouvriers...   Sam 10 Nov - 22:16

Spéciale dernière : Qui veut la mort de la presse quotidienne française ?


Emmanuel SCHWARTZENBERG
Calmann-Lévy, 2007.
281 pages, 18 euros

La crise de la presse quotidienne nationale française, qui se développe comme un cancer depuis des années, semble aujourd’hui entrer dans une phase critique. Le pronostic vital des rares titres survivants est engagé. Tous sont en effet frappés à des degrés divers par la chute des ventes en kiosque, la stagnation des abonnements, la baisse des recettes publicitaires, la hausse vertigineuse et incontrôlable des coûts, l’érosion de leur crédibilité, et bien sûr l’apparition d’une concurrence multiforme.

Emmanuel Schwartzenberg ne se contente pas de recenser les causes les plus visibles et les plus fréquemment citées de cette bérézina, à savoir l’apparition des journaux gratuits et la concurrence d’Internet. Le mal, selon lui, date de la Libération, quand des avantages aussi exorbitants qu’immérités furent concédés au Syndicat du livre - avantages qui lui permirent de capter au profit de ses adhérents une grande partie des marges de la presse pendant un demi-siècle, la laissant exsangue à l’heure des grandes mutations.

L’auteur nous livre le récit détaillé des tractations, manœuvres et abdications qui émaillèrent la vie mouvementée de la presse française depuis 1944 et entérinèrent progressivement la perte de souveraineté des éditeurs, la paupérisation des rédactions et la mystification comme méthode de communication de l’ensemble de la profession. Ayant eu accès à quantité de documents très confidentiels, l’auteur dévoile la terrible réalité des vrais chiffres : salaires des rotativistes, coût réel des plans de licenciement, tirages, ventes en kiosque, abonnements, exemplaires gratuits, exemplaires "tombés du camion", chiffres d’affaires publicitaires "nets", c’est-à-dire réellement encaissés... Quand le groupe Springer renonce à lancer une édition française de Bild, comment ne pas y voir la preuve qu’il y a quelque chose de pourri au royaume de la presse quotidienne française ?
(Présentation de l’éditeur)


Ainsi apprend-on que, bien malgré eux, les quotidiens français alimentaient en papier les journaux de Fidel Castro. Des ouvriers du Livre détournaient tranquillement 200 tonnes par mois (soit 5 % du volume traité) afin d'aider la presse castriste à survivre. Quand le pot aux roses est découvert, en 1987, Robert Hersant, alors patron de la Socpresse, préfère fermer les yeux sur ce larcin. Mieux vaut aider Castro que risquer la grève...

« Spéciale dernière » (paru chez Calmann-Lévy) révèle également la découverte, fin 1991, par la direction des NMPP, (Nouvelles Messageries de la Presse Parisienne) d'une cache d'armes de 5 000 fusils dans l'un des hangars de Saint-Ouen. La vente de ces armes, détournées lors de la faillite de Manufrance, en 1980, devait aider les ouvriers sans emploi. En fait, elles ont été clandestinement stockées au sein même des NMPP en attendant sagement l'hypothétique « Grand Soir »... « La direction des NMPP alerte la justice mais s'abstient de porter plainte », raconte Emmanuel Schwartzenberg. De nouveau, le scandale est étouffé, le gouvernement socialiste négociant directement avec la CGT.

Principale thèse de l'auteur : le monopole du Livre sur les imprimeries (accordé en 1944) a surenchéri le coût des journaux. Un rotativiste de base toucherait ainsi 4500 euros bruts (sans les heures sup), un cadre rotativiste 7000 euros... On comprend que les coûts de distribution représentent 40 % du prix de vente....

« Sans la carte de la CGT , écrit encore Emmanuel Schwartzenberg, il est impossible de devenir ouvrier dans une entreprise de presse quotidienne, et ces qualités-là, on se les transmet de père en fils. » « Spéciale dernière » va faire du bruit !

Emmanuel Schwartzenberg, journaliste économique et politique, est un des spécialistes français des médias. II a dirigé pendant presque dix ans la page Médias-Publicité du Figaro et a créé l’émission "La Vie des médias".

A écouter sur :

http://www.france-info.com/spip.php?article34944&theme=39&sous_theme=176#

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier

avatar

Nombre de messages : 442
Date d'inscription : 27/09/2007

MessageSujet: Re: Le syndicat du livre : 4500 euros bruts pour les ouvriers...   Mar 20 Nov - 17:18

Les journaux absents des kiosques en raison d'une grève

REUTERS : lundi 19 novembre 2007

PARIS (Reuters) - Les quotidiens nationaux devraient être totalement absents des kiosques français ce mardi en raison d'une grève organisée par la CGT en riposte à un plan de réorganisation des NMPP prévoyant 350 suppressions de postes, a-t-on appris à la direction de la société.

Les Nouvelles messageries de la presse parisienne (NMPP), qui distribuent 26 quotidiens français, 70 étrangers, 2.700 magazines français et 900 étrangers, ont un quasi-monopole dans ce secteur.

Les quotidiens régionaux, qui organisent en général eux-mêmes leur distribution, seront en revanche disponibles.

Le syndicat CGT-SGLCEN, qui appelle à la grève, est particulièrement représenté dans les secteurs de la photogravure, dans les expéditions et la distribution.

"La SGLCE, par la non-parution des titres et le non-traitement des publications, donne un coup de semonce aux éditeurs", dit le syndicat dans un tract diffusé lundi.

Il demande une réunion avec la direction sur le plan dans "les plus brefs délais", l'ouverture de négociations salariales et se dit solidaire des salariés en grève contre la réforme des régimes spéciaux de retraite.

La direction des NMPP a expliqué que les 350 suppressions de postes ne donneraient lieu à aucun licenciement sec, le plan prévoyant 240 départs en pré-retraite et 110 reclassements. Elle soutient que son plan est mis sur pied pour répondre à la crise de la presse écrite et de sa diffusion.

Source : http://www.liberation.fr/actualite/reuters/reuters_france/292409.FR.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le syndicat du livre : 4500 euros bruts pour les ouvriers...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel livre qui traite de la mort pour les enfants ?
» Livre sur les pierres pour enfant
» LIVRE : Secrets et recettes pour un habitat heureux
» des livres pas comme les autres
» Argent de poche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum des Démocrates :: Politique Nationale :: Actualité / Faits de sociétés / Divers-
Sauter vers: