Le Forum des Démocrates

Forum de la section Modem de Levallois-Perret
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Touati : France - dérapages incontrôlés…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olivier

avatar

Nombre de messages : 442
Date d'inscription : 27/09/2007

MessageSujet: Touati : France - dérapages incontrôlés…   Dim 11 Nov - 23:30

France : dérapages incontrôlés…
ACDEFI - 09 novembre 2007

Si, sur le fond, la rupture tant promise par Nicolas Sarkozy est toujours loin d’être d’actualité, il faut reconnaître que, sur la forme, tout y est !

Ainsi, « squeezant » littéralement son premier ministre et son gouvernement, le Président de la République s’occupe de tout, multipliant les innovations et révolutionnant complètement les usages nationaux et internationaux. A peine élu, il est ainsi le premier Chef d’Etat à participer au sommet Ecofin qui, normalement ne réunit que les ministres des finances des différents pays de la zone euro. Jugeant donc vraisemblablement que sa Ministre de l’Economie n’est pas à la hauteur pour défendre la nouvelle politique économique hexagonale, c’est donc le Président en personne qui va justifier le non-respect des engagements budgétaires de la France.

Flattés par tant d’honneur, les ministres de l’Ecofin emmenés par M. Juncker arborent de larges sourires de façade. En coulisses néanmoins, le mécontentement prévaut et les critiques fusent, en particulier outre-Rhin où Angela Merkel s’estime trompée par les promesses du candidat Sarkozy et se rend compte qu’au contraire des réformes douloureuses pratiquées en Allemagne, la France n’a aucunement l’intention de se réformer.

Mais peu importe que l’Europe soit au bord de la crise politique, tous les yeux se tournent désormais vers la Lybie où le Président sauveteur, il est vrai aidé par son épouse, réussit à libérer les infirmières bulgares des mains de M. Kadhafi, qui bizarrement signe quelques jours plus tard toujours en présence de M. Sarkozy « himself » des contrats mirobolants avec la France.

La simple observation des titres de presse depuis le printemps dernier suffit d’ailleurs à confirmer que le Président français est partout. Même en pleine crise des subprime, c’est ce dernier qui se plaint une nouvelle fois des « méchants spéculateurs »…

Mais, cette semaine, un nouveau degré dans l’échelle de l’omniprésence présidentielle a été franchi. Ainsi, dimanche, celui-ci a été chercher des journalistes français et des hôtesses de l’air espagnoles bloqués au Tchad, n’hésitant pas à faire escale à Madrid pour éviter à ces dernières de passer par Paris les obligeant à reprendre un autre vol vers l’Espagne. Ceci certainement dans le but de limiter les dépenses de l’Etat espagnol qui, au contraire de l’Etat français, affiche pourtant un excédent budgétaire. Mais bon, quand on aime, on ne compte pas…

Mercredi, il se fait applaudir à Washington et donne l’impression d’avoir réconcilier les Français et les Américains, faisant dans le même temps oublier l’épisode malheureux de son interview à CBS. Mieux, en se positionnant sur le front international, il ferait presque oublier qu’un jour plus tôt, il a peut-être définitivement enterré la rupture économique sur laquelle il s’est fait en partie élire.

En effet, entre le Tchad et les Etats-Unis, Nicolas Sarkozy est parti tutoyer les marins-pêcheurs mécontents. Mieux, en quelques minutes, sans vraisemblablement consulter grand monde, si ce n’est un de ses jeunes conseillers, le Président français se plie à presque toutes leurs revendications. Le mot d’ordre est donc lancé : faites la grève et vous obtiendrez ce que vous souhaitez.

A une semaine de nouveaux conflits sociaux dans les transports, puis dans la fonction publique et alors que la grogne étudiante ne cesse de monter, il faut avouer que cette stratégie est déroutante.

En effet, pourquoi les cheminots, les étudiants, mais aussi les routiers, les taxis et autres corporations n’auraient pas aussi gain de cause ? Pis, qu’attend le Président pour répondre en personne à leur demande ?

Au-delà du fait qu’en agissant ainsi, Nicolas Sarkozy oublie qu’un bon leader est aussi celui qui sait mettre ses équipes en valeur, notamment en leur déléguant un maximum de responsabilités, il risque surtout d’engager la France dans un creusement massif de son déficit public.

Et ce d’autant que plus les mois passent, plus l’euro est cher, plus le pétrole flambe, plus les banques sont frileuses, plus l’économie mondiale ralentit et moins les réformes indispensables pour relancer l’économie française sont faites. Dans ce cadre, il est à craindre qu’après avoir difficilement atteint les 1,8 % cette année, la croissance hexagonale avoisinera les 1,5 % en 2008. D’où un emploi toujours moribond, un pouvoir d’achat affaibli, un déficit public de plus de 3 % du PIB et une dette publique en forte augmentation.

Dès lors, tous les effets d’annonce possibles, tous les efforts de communication imaginables ou encore l’hyper présence d’un Président « super Dupont » seront sans effet. Nous n’avons pas l’habitude de céder au pessimisme et espérons nous tromper, mais nous devons avouer que nous sommes très inquiets pour l’avenir proche et lointain de notre douce France. Bon courage à tous !

Marc Touati

http://www.acdefi.com/index.php?pid=231

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Touati : France - dérapages incontrôlés…
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» un homme urine contre les chariots et un autre s’amuse à effectuer des dérapages au frein à main
» Les dérapages de Samy Naceri
» Ostéopathie et attaques de panique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum des Démocrates :: Politique Nationale :: Actualité / Faits de sociétés / Divers-
Sauter vers: