Le Forum des Démocrates

Forum de la section Modem de Levallois-Perret
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Sarkozy à Kadhafi : "Je suis très heureux de vous recev

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olivier

avatar

Nombre de messages : 442
Date d'inscription : 27/09/2007

MessageSujet: Sarkozy à Kadhafi : "Je suis très heureux de vous recev   Sam 29 Déc - 2:37

Sarkozy à Kadhafi : "Je suis très heureux de vous recevoir à Paris"
NOUVELOBS.COM | 11.12.2007 | 08:13

Réagissez à l'article 126 réactions
Le président français a chaleureusement serré la main du numéro un libyen, lors du sommet UE-Afrique, alors que ce dernier a légitimé, la veille, le recours au terrorisme et a qualifié le conseil de Sécurité de l'Onu de "dictature". Moummar Kadhafi doit effectuer une visite de 5 jours en France à
partir de lundi.

A lire sur

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20071208.OBS9104/sarkozy_a_kadhafi__je_suis_tres_heureux_de_vous_recevoi.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier

avatar

Nombre de messages : 442
Date d'inscription : 27/09/2007

MessageSujet: La visite de Kadhafi touche à sa fin   Sam 29 Déc - 2:58

La visite en France de Kadhafi touche à sa fin
Mouammar Kadhafi est attendu ce vendredi au Château de Versailles au cinquième et dernier jour de sa visite en France qui aura été marquée par une succession de déclarations fracassantes et l'embarras des autorités. Le dirigeant libyen quittera la France samedi matin à destination de l'Espagne. Les Français soutiennent largement Rama Yade, la secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme, en estimant à 81% qu'elle a eu raison de critiquer vertement la visite en France du leader libyen Mouammar Kadhafi, selon un sondage publié vendredi dans le Figaro.

Jeudi, le colonel Kadhafi a poursuivi la visite qu'il a lui-même jugée "historique", en visitant le musée du Louvre lors d'une échappée touristique. Après des informations contradictoires sur son programme, libre d'engagements officiels, c'est au célèbre musée parisien que le leader libyen est apparu en fin d'après-midi, arrivé dans sa longue limousine blanche, accompagné d'un cortège d'un vingtaine de voitures. Au programme de sa visite, menée au pas de charge en trente minutes environ, La Joconde (Léonard de Vinci) et le Radeau de la Méduse (Géricault), des "fresques libyennes", ainsi que la Vénus de Milo, célèbre statue sans bras de la déesse de l'amour, selon des sources proches de sa délégation.

Shopping
Dans la journée, sa délégation, forte de plusieurs centaines de personnes, avait fait du shopping. Alors que l'opposition de gauche a renouvelé ses critiques et que la gêne est explicite au sein de la majorité de droite, le secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, a assuré que la visite du "Guide" était "tout à fait identique" à celles d'autres chefs d'Etat. Le séjour en France du colonel Kadhafi, le premier depuis 34 ans, est néanmoins exceptionnellement long (cinq jours). M. Kadhafi a eu deux entretiens en tête-à-tête avec M. Sarkozy, lundi et mercredi, et a multiplié les prises de parole, devant des députés, des patrons, la communauté africaine de France ou encore une assemblée de femmes.

Il a donné mercredi soir un motif de satisfaction au président français en condamnant publiquement, comme Nicolas Sarkozy le lui avait "recommandé", les récents attentats d'Alger et a qualifié la nébuleuse terroriste d'Oussama ben Laden de "criminels". Mais il n'a plus abordé le sujet des droits de l'Homme, le plus sensible de tous. Nicolas Sarkozy a reçu jeudi soir à l'Elysée le collectif des familles des victimes de l'attentat du DC10 de la compagnie française UTA, perpétré par des Libyens. Lors de cet entretien, le président français s'est engagé à obtenir de la Libye le versement du reliquat des indemnisations prévues par les procédures judiciaires civiles et leur a promis une aide pour inaugurer le mémorial construit au milieu du désert du Ténéré en hommage aux 170 victimes de l'attentat, a indiqué à la presse le président du collectif, Guillaume Denoix de Saint-Marc.

Circus Kadhafi
Le député socialiste Manuel Valls a dénoncé "une espèce de circus Kadhafi" dans lequel "la France est humiliée". Il a parlé d'une "farce un peu tragique et comique" suscitant un peu "d'écoeurement". La présidence a de nouveau justifié cette visite: "La Libye s'intègre de plus en plus dans la communauté des nations", a répété M. Guéant. En outre, selon lui, les contrats attendus avec la Libye, évalués par M. Sarkozy à 10 milliards d'euros, représentent "l'équivalent de 30.000 emplois garantis sur 5 ans pour les Français". Quant à la secrétaire d'Etat aux Droits de l'Homme, Rama Yade, qui avait vigoureusement critiqué la venue de M. Kadhafi, qualifiée de "baiser de la mort", elle est rentrée dans le rang, déclarant devant le Sénat que la visite recevait "le soutien de l'ensemble du gouvernement".

Le chef de la diplomatie Bernard Kouchner avait plaidé la veille pour une "diplomatie de la réconciliation", tout en jugeant "assez pitoyables" les attaques de M. Kadhafi sur le manque de respect des droits des immigrés en France et en Europe. Hasard du calendrier, la commission d'enquête parlementaire ad-hoc a entendu jeudi M. Guéant sur les conditions de la libération des infirmières et du médecin bulgares emprisonnés pendant huit ans en Libye, et libérés en juillet, dossier dans lequel M. Sarkozy et son ex-femme, Cécilia, ont joué un rôle majeur. M. Guéant a réaffirmé la position officielle: "Il n'y a pas eu de contreparties" et la "France n'a pas déboursé un centime". Paris "n'a pas échangé" la libération des soignants contre la perspective ultérieure de contrats avec Tripoli, a-t-il dit. (afp)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier

avatar

Nombre de messages : 442
Date d'inscription : 27/09/2007

MessageSujet: Ponts de Paris interdits aux piétons pour Kadhafi   Sam 29 Déc - 2:59

Ponts de Paris interdits aux piétons pour Kadhafi: "une première", selon Delanoë (AFP)

PARIS, 12 déc 2007 (AFP) - Le maire PS de Paris, Bertrand Delanoë, a affirmé que l'interdiction d'accès de tous les ponts de Paris aux piétons, pour cause de promenade du leader libyen Mouammar Kadhafi, en visite à Paris, constituait à sa connaissance "une première".

"Décidément, comment comprendre un tel recours à tous les fastes de la République, 24 heures après que ce même personnage eut d'ailleurs prononcé un discours indigeste dans lequel il prétendait administrer une leçon de +droits de l'Homme+ à notre pays?", s'interroge M. Delanoë, dans un communiqué.

"Je maintiens donc, loin de tout esprit +haineux+, que cette visite suscite un malaise profond chez nos concitoyens, liée autant aux conditions de son déroulement qu'à la crédibilité des arguments officiels censés la justifier", poursuit le maire de Paris, faisant allusion à l'accusation lancée contre lui par le porte-parole de l'UMP Yves Jégo.

M. Delanoë ajoute que "pour bon nombre d'usagers de notre ville", l'interdiction d'accès aux ponts de Paris "aura engendré à la fois surprise et surtout désagréments".

Tous les ponts ont été successivement interdits aux piétons mercredi après-midi pour laisser le numéro un libyen, Mouammar Kadhafi, en visite officielle dans la capitale, se promener sur la Seine, a-t-on appris de sources concordantes.

Cette mesure a été justifiée par des "raisons de sécurité". Des CRS ont ainsi bloqué, l'un après l'autre, à raison de quelques minutes à chaque fois, chacun des ponts situés sur le trajet de la péniche du leader libyen et de sa suite, interdisant leur traversée aux piétons.

AFP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier

avatar

Nombre de messages : 442
Date d'inscription : 27/09/2007

MessageSujet: Kadhafi vainqueur sur tous les fronts   Sam 29 Déc - 3:00

Kadhafi vainqueur sur tous les fronts
Par Daniel Schneidermann
QUOTIDIEN : vendredi 14 décembre 2007
205 réactions

Le show Kadhafi a eu au moins un avantage : pour la première fois, on aura vu Sarkozy immobile, et silencieux. On l’aura soudain découvert tétanisé, écrasé, étrangement terrassé par plus décomplexé que lui. Comme s’il était impossible de lutter contre la longue limousine blanche, contre les extravagances, contre le culot d’acier («mais non, nous n’avons pas du tout évoqué les droits de l’homme, entre amis, on n’aborde pas ces sujets»), contre cette exubérance visuelle. Battus, remisés, banalisés, les Rolex, les Ray Ban, le Fouquet’s, les Clavier, les Reno, les Hallyday, les Macias, le yacht de Bolloré, les joggings à Malte ou à New York, les Tee-shirts made in USA, l’annexion de Brégançon et de la Lanterne, l’augmentation de salaire de 173 %, la villa américaine, les hamburgers avec Bush, le divorce spectacle. Quant à la fringante escouade d’amazones sarkoziennes, les Lagarde, les Dati, les Yade, les Amara, de si bel effet dans les dîners à la Maison Blanche et en couverture de Match, elles auront fait long feu contre leurs sublimes homologues en treillis patrouillant dans le parc de l’Hôtel Marigny.
Sur le même sujet


* GALERIE PHOTO La semaine de Kadhafi à Paris



Déroute sur tous les fronts. Sur celui de la couleur, par exemple. Car la compétition du 20 heures est aussi une compétition de couleurs. Enfer, grisaille et damnation ! Le joyeux safran du boubou, l’immaculé de la limousine, le scintillement du long cortège, le léopard des treillis, auront ramené le pouvoir français à son éternel gris souris.

Déroute encore dans la guerre des mots. En un sec «nous n’en avons pas parlé»à Pujadas, sous la fameuse tente bédouine, l’homme du désert aura ramené à leur insignifiance bavarde les malheureuses tentatives de justification de la Sarkozie, réalistes et droitdel’hommistes mêlées, qui se succédèrent répétant : il faut l’accompagner, notre dictateur préféré, dans ses efforts, lents, patients, acharnés, méritoires, vers la démocratie et le respect des droits de l’homme. Patatras ! Les voici tous forcés à se transformer en témoins de moralité : mais oui, il en a parlé, Sarkozy, des droits de l’homme. J’ai entendu. J’étais là, juste à côté. Mais non, je vous assure, je n’avais pas dépassé les deux coupes de champagne. Je ne sais pas ce qui a pu se passer. L’interprète, peut-être ?

Promenade en bateau-mouche (avec option fermeture des ponts de Paris par la préfecture), location de l’Assemblée, réquisition du président de la République, annexion du Ritz, du Medef et du Figaro : en louant Paris pendant cinq jours, comme un Disneyland pour soi tout seul, à la Michael Jackson, notre dictateur préféré aura donc, pour la première fois, détraqué le logiciel de la Sarkozie. Ce logiciel était programmé pour la franchise provocante. Et le voici testé dans la configuration de la défensive piteuse.

Eh bien, il y a encore des progrès à faire. Quelle volée de canards ! A tous les étages, c’est courage fuyons. Un jour, il faudra bien les décorer, les courageux.

A MAM, la République reconnaissante, pour avoir poireauté héroïquement à Orly, l’Hôte ayant décidé d’avoir une heure de retard.

A Kouchner et à son chapeau patiemment avalé sous les caméras, dictateur après dictateur, les Droits de l’Homme et l’Ingérence pleins de gratitude.

A Rama Yade, inventeuse de l’objection de conscience chronobiologique («N’importe quand, mais pas aujourd’hui, c’est tout de même la journée des droits de l’homme !»), la médaille du courage intermittent. Piaillements effarouchés, solennelles proclamations de soutien, impératifs engagements d’agenda qui empêchent d’aller faire le baisemain au Grand Bédouin.

La palme revient à Jean-François Copé (président du groupe des députés UMP, et candidat à la présidentielle en 2017), au Grand Journal de Canal +, expliquant que non, malheureusement, il ne pourra assister à la réception à l’Assemblée. A 10 heures, ce jour-là, ça tombe mal, il a justement une réunion de groupe UMP. Il soutient totalement la visite, notez bien. Mais il lui sera impossible de se trouver en haut du tapis rouge. Impossible. J’ai un mot d’excuse de mon groupe politique. Mais vous ne pouvez pas la décaler à 11 heures, votre réunion ? Ah non. Pas du tout. A 11 heures, regardez, c’est marqué ici, j’ai une autre réunion. Il faut comprendre. C’est le jour où nous calons tout le travail de la semaine.

Que restera-t-il du spectacle ? Pas grand-chose, sans doute. Le chapiteau bédouin replié, les questions de retraite et de pouvoir d’achat regagneront la une. La bruyante production de plans de réforme mirobolants reprendra de plus belle. Sans doute le sarkozysme, à coups de couvertures opportunes et de sondages amis, retrouvera-t-il même ses couleurs.

Mais il restera dans les rétines comme une certaine perplexité, et, dans la fresque triomphante, le premier aperçu troublant d’une déroute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sarkozy à Kadhafi : "Je suis très heureux de vous recev   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sarkozy à Kadhafi : "Je suis très heureux de vous recev
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je suis très stressé...
» Vanessa Chiasson "Je suis fière de mon chum"
» grille gratuite "je suis au jardin"
» Le gratuit "JE SUIS NORMAND"
» didier Benureau (2) ---""je suis heureux...--""

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum des Démocrates :: Politique Nationale :: Le Président...-
Sauter vers: