Le Forum des Démocrates

Forum de la section Modem de Levallois-Perret
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Afghanistan, les victimes incolores

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olivier

avatar

Nombre de messages : 442
Date d'inscription : 27/09/2007

MessageSujet: Afghanistan, les victimes incolores   Jeu 28 Aoû - 0:40

Afghanistan, les victimes incolores

"90 civils, en majorité des femmes et des enfants" ont trouvé la mort dans un bombardement des forces de la coalition en Afghanistan, relatent brièvement les radios du matin, reprenant les dépêches des agences internationales.

Ces 90 civils n'ont pas de nom. Ils n'en auront jamais. Ils ne s'appellent pas Kevin ou Damien. On n'entendra pas de chef d'Etat d'un pays de la coalition égrener leurs prénoms lors d'une émouvante cérémonie retransmise en direct. Relisons l'ordre implacable des mots de la dépêche: avant d'être des femmes, des filles, des mères, des enfants avec cerf-volants, des bébés joufflus, ce sont "des civils", masse indistincte, sans couleur, sans voix, sans odeur, désignée par son seul effectif. Dans les médias des pays de la coalition, ils n'auront jamais droit qu'à des brèves, coincées entre deux actualités importantes.

Pour faire la Une, pour avoir droit à l'omniprésence, au suspense, aux directs, la nouvelle doit avoir une couleur. Blanche, comme le manteau de neige qui a enseveli les victimes de l'avalanche du Mont Blanc, et qui ouvre les jités du soir. Ou rose comme les sandales que portera la ministre des Sports au prochain Conseil, (répètent d'antenne en antenne les radios du matin) pour se féliciter des résultats des sportifs tricolores, et sur lesquelles zoomeront toutes les caméras du pays.

Par Daniel Schneidermann le 25/08/2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier

avatar

Nombre de messages : 442
Date d'inscription : 27/09/2007

MessageSujet: Re: Afghanistan, les victimes incolores   Jeu 28 Aoû - 0:41

Afghanistan: plus de 90 civils tués dans le bombardement de la coalition

Il y a 9 heures

HERAT (Afghanistan)(AFP) (AFP) — Plus de 90 civils ont été tués vendredi dans l'ouest de l'Afghanistan dans un bombardement de la coalition sous commandement américain, selon une commission d'enquête présidentielle, qui met en cause l'absence de coordination entre forces américaine et afghane.

Les Etats-Unis ont exprimé dimanche leurs regrets pour "la perte de vies innocentes parmi les Afghans que nous sommes censés protéger", sans toutefois confirmer le nombre de victimes.

La tragédie s'est déroulée vendredi, près du village d'Azizabad, dans le district isolé de Shindand, où les insurgés sont très présents, à quelque 120 km d'Herat, la grande ville de l'ouest du pays.

"Nous nous sommes rendus sur place et nous avons constaté que le bombardement a été très intense, beaucoup de maisons ont été détruites et plus de 90 civils, pour la plupart des femmes et des enfants, ont été tués", a déclaré à l'AFP Nematullah Shahrani, ministre des Affaires religieuses et président de la commission d'enquête.

"Je dois rencontrer aujourd'hui les soldats américains. Ils affirment que des talibans se trouvaient dans la région, mais ils doivent le prouver. Je retiens de ma mission qu'il n'y a aucune coordination entre les troupes afghanes et internationales, en dépit des demandes répétées du président", a-t-il regretté.

"De tels bombardements éloignent la population du gouvernement. Les gens sont très en colère", a-t-il expliqué.

La région était calme dimanche, après que des manifestations eurent dégénéré samedi, des habitants brûlant une voiture de police et proclamant "Mort à l'Amérique".

Mais le conseil des oulémas (dignitaires religieux musulmans) de l'ouest de l'Afghanistan a condamné "les ennemis de l'Islam qui trempent leurs mains dans le sang des innocents" et appelé à manifester mardi à Herat.

"La nation musulmane ne se satisfera pas cette fois de leurs excuses, nous voulons voir jugés les responsables de ce crime", ont-ils écrit dans un communiqué.

Des journalistes qui se sont rendus dans la région ont vu samedi plusieurs maisons détruites, appartenant pour la plupart à des employés d'une entreprise privée chargée de la sécurité de l'aéroport de Shindand. Dans un cimetière voisin, 20 nouvelles tombes avaient été creusées.

Il était impossible de donner un bilan de source indépendante, mais si les 90 victimes étaient confirmées, il s'agirait de la bavure la plus meurtrière des forces internationales depuis le renversement des talibans fin 2001.

Le président Hamid Karzaï a annoncé dimanche le renvoi de deux officiers de l'armée, pour "négligence et rétention d'information à propos de la frappe aérienne tragique et irresponsable ayant frappé le village d'Azizabad, dans le district de Shindand", dans un communiqué.

Dans un premier temps, le ministère afghan de la Défense avait fait état de la mort de cinq civils et 25 talibans.

"La tragédie est beaucoup plus grave que nous ne l'avions initialement pensé", a reconnu dimanche le général Mohammad Zaher Azimi, porte-parole du ministère de la Défense.

La coalition a ouvert une enquête, après avoir affirmé vendredi que 30 insurgés avaient été tués.

Les forces étrangères en Afghanistan sont régulièrement accusées de provoquer la mort de civils. D'après la Commission afghane indépendante des droits de l'Homme, plus de 900 civils ont été tués depuis début 2008 dans des violences, du fait des insurgés ou des forces de sécurité afghanes et internationales.

En juillet, deux frappes aériennes des forces internationales avaient tué 64 civils, pour la plupart des femmes et des enfants, dans les provinces du Nouristan et de Nangarhar (est), selon des commissions d'enquête afghanes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier

avatar

Nombre de messages : 442
Date d'inscription : 27/09/2007

MessageSujet: Re: Afghanistan, les victimes incolores   Jeu 28 Aoû - 0:41

Les Nations unies ont confirmé mardi, après enquête, la mort de 90 civils, en majorité des femmes et des enfants, dans un bombardement vendredi de la coalition sous commandement américain, qui a aggravé les tensions entre autorités afghanes et forces internationales.

La coalition internationale a reconnu, pour l'heure, n'avoir tué que cinq civils et 25 talibans dans cette opération qui a déclenché la colère de Kaboul.

"L'enquête de la mission des Nations unies en Afghanistan a recueilli des preuves convaincantes, fondées notamment sur des témoignages, de la mort de quelque 90 civils, parmi lesquels 60 enfants, 15 femmes et 15 hommes", a écrit le représentant du secrétaire général des Nations unies en Afghanistan, Kai Eide, dans un communiqué.

"Les habitants ont été en mesure de confirmer le nombre de victimes, y compris leurs noms, âge et sexe. Quinze autres villageois ont été blessés", a-t-il ajouté.

"Il s'agit d'un sujet de la plus haute préoccupation pour les Nations unies. J'ai constamment répété que la sécurité des civils devait être la priorité lors de la planification et de l'exécution des opérations militaires", a martelé Kai Eide, rappelant que de telles bavures "détruisent la confiance du peuple afghan".

Ce bilan est conforme à celui de la commission d'enquête mandatée par le président afghan Hamid Karzaï, après une frappe aérienne vendredi près du village d'Azizabad, dans le district isolé de Shindand, où les insurgés sont très présents, à quelque 120 km d'Herat, la grande ville de l'ouest du pays.

Le président Hamid Karzaï et l'ONU lancent régulièrement, mais en vain, des appels à la prudence aux forces internationales, avertissant que de telles bavures risquent de retourner la population contre les soldats étrangers et le gouvernement.

La tragédie de Shindand, qui survient après la mort en juillet, de 64 civils, pour la plupart des femmes et des enfants, dans les provinces du Nouristan et de Nangarhar (est), selon des commissions d'enquête afghanes, a mis le feu aux poudres.

Le gouvernement afghan a ainsi annoncé lundi qu'il souhaitait "renégocier les termes de la présence des forces internationales en Afghanistan".

Il s'agit pour lui d'"établir les limites et les responsabilités des forces internationales conformément aux lois afghanes et internationales" et de "mettre un terme aux frappes aériennes visant des cibles civiles, aux perquisitions et aux détentions illégales de citoyens afghans".

Quelque 70.000 soldats de deux forces multinationales, l'une de l'Otan (Force internationale d'assistance à la sécurité, Isaf), l'autre sous commandement américain (Operation Enduring Freedom, OEF), sont actuellement déployés en Afghanistan.

"L'Afghanistan de 2001 n'est plus celui d'aujourd'hui. Aujourd'hui nous avons un gouvernement, un Parlement, des institutions nationales qui arrivent à maturité, une armée et une police en plein développement...", a souligné mardi le porte-parole de la présidence afghane, Homayun Hamizdada, en référence à l'état du pays lors de la chute des talibans fin 2001.

Il ne s'agit pas pour autant pour Kaboul de demander le départ des troupes étrangères du pays: "Nous voulons une meilleure coopération dans la lutte contre le terrorisme, tout comme être en mesure d'empêcher la mort de civils en opérations. Nous ne voulons plus voir mourir nos enfants dans nos villages", a ajouté le porte-parole au cours d'une conférence de presse.

Mardi, la coalition sous commandement américain a reconnu, pour la première fois, que cinq civils - deux femmes et trois enfants - avaient été tués dans le bombardement, après avoir assuré vendredi que seuls 30 talibans avaient péri.

Pour le Pentagone, "c'était une frappe légitime contre les talibans", a déclaré un porte-parole, Bryan Whitman.

"Malheureusement il y a eu des victimes civiles, bien que leur nombre fasse débat, mais c'est la raison pour laquelle une enquête est menée", a-t-il ajouté lundi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Afghanistan, les victimes incolores   

Revenir en haut Aller en bas
 
Afghanistan, les victimes incolores
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Plus de 1.000 soldats étrangers morts en Afghanistan depuis 2001
» Un soldat français de retour d'Afghanistan témoigne sur RTL
» Essais nucléaires:le Parlement vote l'indemnisation des victimes
» En Afghanistan on utilise des enfants pour poser des bombes.
» Afghanistan, « Web documentaire »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum des Démocrates :: Politique Nationale :: Actualité / Faits de sociétés / Divers-
Sauter vers: